ce site dans vos favoris
tirage tarot gratuit numérologie gratuite tirages tarots gratuits
tarot numérologie www.tarot-fr.info



Categories
  Tirages Tarots
  Lames Tarot
  Spiritisme
  Numérologie
  Horoscope
  Livres
 
  Maitre Philippe
  Sedir
  Aimé Ou Non

 
Accueil > Sedir > le cure d'ars
Spiritualité - Sédir, Yvon Le Loup (lu également Paul Le Loup...) Quelques textes de Sédir, pour qui sa rencontre avec Monsieur Philippe fut un des moments les plus marquants de son existence. Il était déjà écrivain, mais plus spécifiquement sur l'occultisme. Il devient dès lors un des écrivains les plus empreints de mysticisme qui se puisse concevoir. Par de nombreux écrits, il tentera de partager, de transmettre l'extraordinaire de ce que fut pour lui cette Rencontre. 

LE très Saint CURÉ D'ARS 

LE CURÉ D'ARS

Dans ce XIXe siècle, si riche en figures originales, l'une des plus attachantes, des plus profondément humaines, des plus effectivement influentes, et des moins connues hors du public religieux, est celle du vénérable et charmant curé d'Ars-en-Dombes, Jean-Baptiste Vianney.

Ce convertisseur extraordinaire, ce remueur d'âmes, si simple et si puissant, ce modèle du prêtre mystique nous offre surtout par son exemple les leçons très différentes, mais également nécessaires, de la charité pratique, de la flamme intérieure et de la prudence extérieure.

Voulons-nous, si peu que ce soit, faire lever vers le Ciel les regards de nos frères, le curé d'Ars sera notre maître le plus moderne et nous le reconnaîtrons, en nous familiarisant avec lui, comme l'un des plus grands de toute la chrétienté.

Issu de cette race paysanne solide, austère et intègre qui peuple les coteaux lyonnais, les monts du Forez et du Vivarais, le jeune Jean-Baptiste fit de lentes et tardives études, parsemées d'échecs. Ordonné prêtre enfin à vingt-neuf ans, il fut désigné trois ans plus tard, en 1818, pour la cure d'Ars.

Comme saint François de Sales, saint Vincent de Paul, le cardinal de Bérulle et tant d'autres ecclésiastiques, la grandeur du ministère sacerdotal le remplissait de crainte; le sentiment irréductible de son indignité le tortura toute sa vie, bien que, dès sa jeunesse, toutes les fibres de son être lui criassent son impérieuse vocation. 
S'y étant résolu après mille tourments, il commence la dure route de la prêtrise, qu'il parcourra tout entière à genoux, en l'arrosant de ses larmes, en l'éclairant de ses prières.

Une fois sa décision prise, le bon sens robuste qui ne le quittera jamais lui montre par où il faut prendre le travail : c'est le lopin de terre sur lequel la Providence l'a placé qui doit d'abord recevoir son défrichement. Le but de sa vie lui apparaît; il faut que ce village de laboureurs endormis s'éveille à la Lumière; il faut instiller dans les âmes épaissies l'inquiétude des choses divines; voilà son devoir immédiat, pour l'accomplissement duquel les fatigues de toute une existence ne lui paraîtront pas de trop.

Et - admirable leçon pour notre présomptueuse vanité coutumière - ces deux cents âmes, rendues croyantes par les soins patients de leur jeune pasteur, vont devenir peu à peu le centre attractif qui, durant quarante-cinq années, précipitera vers le serviteur de Dieu plus de neuf cent mille pèlerins accablés ou égarés. Le Royaume du Ciel ressemble bien à la graine minuscule d'ou sort l'arbre gigantesque.

Constatons ici que, chez les saints, ce n'est pas la forme de leur vie qui est extraordinaire, c'est la qualité de leur âme. C'est leur extraordinaire intime qui se répand par nappes magnifiques sur la morne trame quotidienne et qui la brode aux courbures des paysages éternels. 
Chacun de nous donc, s'il le voulait, transformerait son établi, son bureau, son comptoir en un foyer tout jaillissant d'énergies merveilleuses; il suffirait de vouloir.

Après un labeur colossal, poursuivi à travers toutes sortes de persécutions et de souffrances corporelles, exténué par des fatigues écrasantes et de douloureuses maladies, le curé d'Ars meurt le 4 août 1859, à l'âge de soixante-treize ans.

C'était un homme petit, maigre, naturellement vif et infatigable. L'imagerie religieuse a popularisé sa physionomie quoiqu'en l'affadissant. Son ascétisme rigoureux, les séances quotidiennes de quinze à dix-huit heures dans un confessionnal tour à tour glacé l'hiver et torride l'été, ses effrayantes nuits dont les plus longs sommeils ne duraient guère au delà de deux heures, le feu apostolique qui resplendissait dans ses regards et angélisait ses sourires : tout cet ensemble d'ardente flamme exténuée donnait à sa personne l'aspect le plus immatériel.

De ce prêtre à la robe verdie d'usure, à la chaussure grossière, sans chapeau, la foule ne voyait, ne regardait que le visage encadré de longs cheveux assez tôt blanchis.

L'observateur superficiel lui trouvait une ressemblance un peu déconcertante, bien que lointaine, avec Voltaire : mêmes traits nets et ridés, mêmes plis spirituels, même bouche longue et sinueuse, même saillie des pommettes; mais, chez le prêtre, plus de solidité dans l'ossature, une énergie invincible dans la courbe du nez, une constance tenace dans le profil du menton, et toute la tranquille volonté paysanne dans la carrure de la mâchoire; le front aussi vaste, mais lumineux, candide et noble; les yeux admirables, bons, limpides, angéliques, mais parfois prudents et scrutateurs; un sourire de tendresse infinie, un port de tête tour à tour bonnement incliné vers les visiteurs, puis, à la chaire ou à l'autel, ardemment tendu vers les radieuses Présences invisibles : tout dans ce personnage exprime le zèle mystique, la compassion, la bonté juste, le bon sens et la plus noble pureté.

La forme corporelle des êtres exprime exactement leur forme spirituelle : il s'agit seulement de bien lire, de ne pas s'égarer dans les correspondances complexes de l'externe avec l'interne. Toutefois le disciple du Christ suit une école particulière qui peut le mettre en dehors de cette loi générale.

Voici de quelle façon : comme tout homme, il se trouve sollicité vers une série d'actes logiques avec son tempérament, son caractère et sa mentalité propres; mais l'opération du Verbe intervient en lui, surnaturelle, dévastatrice et bouleversante; son Maître le pose en face des nécessités d'agir les plus contraires à ses tendances naturelles, parce que la régénération mystique est l'arrachement du Moi hors de ce monde, puis son transplantement dans la terre du Seigneur; la vie céleste est en tout l'antipode de la vie terrestre.

Or il est très peu d'exemples d'une victoire sur soi-même sans cesse renouvelée. Les héros intérieurs n'ont jamais subi que quelques batailles décisives; seuls, à de rares intervalles, des missionnés exceptionnels ont eu à vaincre tous les jours. Au siècle dernier, le curé d'Ars fut de ceux-là. Il donne au monde moderne l'exemple constant de la renonciation que le Christ demande à Ses vrais serviteurs. Les conseils de l'Évangile ne sont pas des préceptes spéculatifs, mais des formules précises et pratiques dont l'application génère des résultats aussi nets que ceux fournis, dans l'ordre matériel, par un mécanisme d'ingénieur.

Les soupirs et les aspirations n'avancent à rien; il faut prendre ces formules et leur plier coûte que coûte nos paroles, nos regards, nos pensées de chaque minute; il faut jeter toute la portion de l'univers dont nous possédons la conscience et le contrôle, toute notre personnalité surtout, dans le moule christique; il faut attacher toutes nos énergies à la colonne immuable du Verbe, comme une jeune plante à son tuteur; il faut que toutes nos facultés étreignent le Cep éternel et qu'elles en extraient, par la prière et par l'oeuvre, les sucs nourriciers qui les transfigureront.

Ce courage d'un perpétuel crucifiement, cet absolu du désir, cette force d'embrassement mystique, notre héros nous en donne des exemples nombreux, encore qu'il prenne un soin admirable à recouvrir des voiles du silence l'extraordinaire de sa vie.

Il ne se permit jamais de rien faire de retentissant, de se singulariser en rien. Ne nous faisons pas remarquer, mon ami;, disait-il à un de ses missionnaires qui s'était prosterné un peu trop bas devant l'autel. Et, tous les jours, à sa messe, il luttait contre sa ferveur qui l'aurait emporté dans l'extase et ne consacrait pas à cette célébration plus de la demi-heure indiquée par la coutume.

Cependant son invincible énergie éclate malgré tant d'humbles précautions. Voilà un homme qui, cinquante années durant, ne s'accorde jamais le moindre repos. Jamais plus d'un repas par jour, et quel repas ! une pomme de terre froide, ou trois cuillerées de farine, ou une croûte de pain moisi prise à la besace d'un chemineau en échange d'une miche fraîche; jamais plus de deux heures de sommeil, et encore troublées par les attaques occultes de l'Enfer, ou par les douleurs lancinantes d'une pleurésie chronique.

Chaque jour, durant quinze ou dix-sept heures, tiraillé, bousculé, étouffé par une foule indiscrète, sans jamais un air d'impatience. En plus, les angoisses propres à la mission mystique qui, à elles seules, nous sembleraient le pire des supplices.

Napoléon, Stanley, Michel-Ange, le plus ardent fanatique de l'Inde ou de l'Islam n'ont déployé autant de vouloir. Apprenons ici pourquoi ce vaste front de penseur ou de poète, ce sourire si tendrement affectueux éclairent dans le visage de notre curé non pas des traits mièvres, mais l'ossature solidement construite des réalisateurs et les larges modelés sculpturaux des hommes d'initiative et d'énergie.

La possession de soi, le bon sens, l'immédiate lucidité, voilà l'extérieur de ce grand caractère.

A propos d'une campagne de malveillances ecclésiastiques, il répondait à ses familiers, anxieux : ; Quand ils auront tout dit, ils se tairont;. Lorsque la croix de la Légion d'honneur lui est remise, il l'oublie dans un tiroir. Défiant de lui-même, persuadé de son ignorance et de son incapacité, dès qu'il monte en chaire, la foule, les prélats, les auditeurs célèbres, rien ne le gêne plus, parce que la pensée de Dieu le domine, la présence de Dieu le transporte, la force de Dieu le soutient. 
Dans l'homme, dans l'humanité, dans l'univers il n'aperçoit que Dieu; il voit bien les créatures, leurs beautés, leurs valeurs, mais son élan l'emporte par delà :; Notre langue, s'écrie-t-il de cette voix si claire qui bouleversait les coeurs, notre langue ne devrait être employée qu'à prier, notre coeur qu'à aimer, nos yeux qu'à pleurer;. 
Toutefois, il n'est point fanatique. Comme son Maître, dont le joug est commode, il ne veut pas que ses ouailles reproduisent ses propres austérités; il leur recommande de nourrir leur corps et de lui accorder son sommeil,; puisque, sans cela, le lendemain on travaille paresseusement, on sert Dieu moins bien;.

Il disait aussi que, lorsqu'on a vingt sous à donner entre un pauvre et le prêtre, c'est au pauvre qu'il faut les offrir. Et lorsque la messe sonne, tandis qu'un malade a besoin de nous, il vaut mieux manquer la messe que d'abandonner le malade. Grande théologie que celle-là; ou, plutôt, ce n'est pas de la théologie, c'est l'Évangile et la voix même de notre Christ.

Car le pharisaïsme est une tenace ivraie; d'âge en âge les laboureurs sont obligés de sarcler; constamment la mauvaise herbe envahit les champs du Seigneur; constamment Jésus si simple et si pauvre est étouffé sous des parures humaines, somptueuses sans doute, mais auxquelles va indûment la vénération des foules; constamment, nous prenons la forme pour l'essence et la lettre pour l'esprit.

Tel est le destin de la Lumière; elle descend ici-bas, apaise, féconde et vivifie; puis peu à peu les vapeurs de nos obscures vallées, qu'attire son éclat, montent vers elle, l'embrument et finissent par nous la voiler complètement. Chaque jour donc nous devrions chasser ces nuages et nous remettre face à face avec la pure clarté de notre aube spirituelle. Cela, c'est l'examen de conscience, c'est toute une discipline et tout un art, c'est, en somme, l'école de la simplicité, antipode du pharisaïsme, don précieux et charmant que le curé d'Ars possédait et qu'il sut garder intact.

Considérons la vie intime de notre saint, fondation, racine, sous-oeuvre de sa vie publique. Deux mots la résument : pénitence et prière. 
L'accomplissement du devoir commun n'épuise pas l'ardeur d'une âme missionnée; elle cherche, elle trouve des devoirs supplémentaires, elle prévoit d'improbables paresses, elle devine d'occultes attaques, elle se prépare à des faveurs inconnues et à des miracles. Aussi le mal, pourchassé jusque dans ses plus secrètes cavernes, se retourne-t-il souvent et se jette-t-il furieux sur le chasseur. C'est ce qui advint au curé d'Ars.

Pendant vingt-cinq années, je crois, le Diable se manifesta toutes les nuits dans sa maison, lui ôtant le sommeil et le tourmentant par les phénomènes les plus étranges, les plus bruyants et les plus effrayants. Ne vous en référez pas ici aux faits qu'étudient les sciences psychiques; le curé d'Ars n'était pas un médium; son presbytère n'était pas une maison hantée.

Derrière ces coups, ces craquements, ces ébranlements de murs, ces incendies spontanés, il y avait l'horreur du mal moral dont ces violences physiques n'étaient que l'occulte répercussion; j'ai été témoin de faits analogues et je comprends que parfois le vénérable curé ait senti la peur, non la peur corporelle, mais la terrible peur spirituelle. Et ces violences n'étaient jamais plus insupportables que lorsque le lendemain devait arriver un grand pécheur ou éclater un grand miracle. 
Il fut un des rares hommes de son siècle à qui Satan en personne rendit visite et que Dieu jugea assez fort pour supporter l'épouvantable présence. Des philosophes disent :; Le Diable n'existe pas; c'est l'absence ou l'envers du Bien;. Ils se trompent. Si, le mal existe et ses anges vivent; ce sont de réelles et palpables créatures. S'il n'y avait pas de mauvais anges, il n'y en aurait pas de bons. Dieu seul peut exister seul. Chacun d'entre nous, moyennant un certain courage, peut obtenir personnellement la preuve que les démons peuplent l'atmosphère seconde; je ne parle pas ici des malsaines opérations de la goétie, mais d'une autre sorte d'expériences, moins formalistes, et tout aussi exactes.

Pourquoi un si saint homme subit-il ces occultes promiscuités ? Parce que, dans les mondes immaté- riels, les êtres ne peuvent s'élever vers la Lumière qu'en passant par les Enfers. L'arbre dont la cime est la plus haute enfonce dans les ténèbres souterraines les racines les plus nombreuses et les plus profondes. Le curé d'Ars fut, je crois, le premier de ses contemporains dans l'art difficile de la prière. Il alla très haut; donc de très bas remous devaient l'éclabousser. Mais aussi comme il aimait prier ! Écoutez-le :; Il y a deux cris dans l'homme : le cri de l'ange et le cri de la bête. Le cri de la bête, c'est le péché; le cri de l'ange, c'est la prière;. ; La prière est une rosée embaumée, mais il faut avoir le coeur pur pour sentir cette rosée;. ; Il sort de la prière une douceur savoureuse, comme le jus qui découle d'un raisin mûr... Elle dégage notre âme de la matière, comme le feu qui élève les ballons;.

De cet entretien perpétuel avec le Christ, le curé d'Ars tirait toutes ses forces, tous ses pouvoirs, et sa voyance, et ses prophéties et ses guérisons, le miraculeux de chaque jour, l'argent pour ses oeuvres, le blé multiplié pour ses orphelines, les coeurs effondrés au confessionnal. Le miracle était l'ordinaire de sa vie quotidienne. ; Une âme pure, disait-il, a tout pouvoir sur le bon Dieu; ce n'est plus elle qui fait la volonté de Dieu, c'est Dieu qui fait la sienne;. Par pureté, il faut entendre le dépouillement de soi, dépouillement sans cesse approfondi, jusqu'à la nudité la plus profonde du coeur; il faut entendre l'abstinence spirituelle, l'acceptation totale et immédiate de tout; par cette voie, la volonté atteint son exaltation suprême, son terme, sa mort, enfin. Et elle ressuscite sous la forme surnaturelle de la foi.

La foi est l'agent vrai de toute thaumaturgie Mais quelle force incompréhensible, et que de pages les théologiens ont noircies à vouloir l'expliquer !

Notre saint ne cherchait pas tant :;La foi, disait-il, c'est quand on parle à Dieu comme à un homme;. Et, en effet, c'est cela, ce n'est que cela. J'ai eu la chance d'assister à des miracles, non pas à des prodiges, à des faits surnaturels, divins. Eh bien ! ceux qui les accomplissaient, ces hommes qui commandaient à la maladie, aux membres amputés, à la mort, à la mer, aux éléments, aux esprits, ces hommes, en effet, ils parlaient à Dieu comme à un autre homme.

Concevez-vous tout l'effrayant de ces mots, l'inouï de cette idée ? L'infiniment petit debout en face de l'infiniment grand, certain d'être vu, entendu, écouté, compris, exaucé ? Quel renversement de toute logique ! Quelle déraisonnable sublimité ! Quel coup d'aile, quel agrandissement, quel anéantisse- ment, quel amour ! Voilà les vrais et vivants mystères, dont ceux de Memphis et de Kaçi ne furent jamais que les nébuleux intersignes.

Et le curé d'Ars, en énonçant ces choses formidables avec la plus familière bonhomie, savait de quoi il parlait; il voyait très bien les racines et les prolongements de ces guérisons, de ces conversions, de ces miracles, tandis que personne autour de lui n'apercevait que le fait matériel. Si son humilité ne lui avait pas toujours clos les lèvres, que ne nous aurait-il pas appris sur l'occulte du collectif catholique, sur la vie invisible des sacrements, sur la dynamique secrète de la vie conventuelle, sur les ressorts inconnus des événements ? 
 
curé d'Ars, mysticisme, mystique, mystere, mysteres, Religions, Sedir, religion, yvon le loup, yvon leloup, paul le loup, paul leloup, ecrivain mystique, ecrivain solitaire, solitatire, mystique, verite, science mystique, sciences mystiques, initiation, initiations, revelation, revelations, pyramide, vigne, compiegne, cometes, livres, ouvrages, lien, question, questions, andreas, courage, volonte, extraits, regeneration, dogme, dogmes, souhait, souhaits, guide, guide certain, puissances vivantes, puissance vivante, bienfaisante, vertu, avancement, comprehension, plan cerebral


TAROT-FR @ redelbalcon.com
(c) 2006-2010 tarot-fr.info